Coronavirus : Pourquoi est-il si difficile de ne pas se toucher ?

Le toucher est un acte essentiel pour chaque être humain et l'épidémie de Coronavirus nous en prive. Essayons de comprendre pourquoi c'est si difficile de ne pas se toucher.

main-gantee-contre-main-gantee
Photo by Branimir Balogović on Unsplash

Je vous partage cet article de BBC News que j'ai traduit pour vous rappeler l'importance d'un de nos 5 sens : le toucher !

L'importance du toucher

Bien que la plupart d'entre nous puissent encore voir et parler à leurs proches, si nous ne vivons pas avec eux, nous ne pouvons plus les toucher.

 

Les anniversaires importants sont célébrés par des appels vidéo, les personnes âgées parlent aux voisins par les fenêtres et ceux qui vivent seuls se passent de tout contact humain, car ils obéissent aux directives du gouvernement de rester chez eux et de se tenir à 2 mètres des autres.

 

"Mais le toucher est vraiment fondamental pour les humains", affirme le professeur Robin Dunbar, psychologue évolutionniste à l'université d'Oxford , "et s'en passer affaiblit nos relations proches."

 

"Le genre de contact plus intime - un bras autour de l'épaule, une tape sur le bras et ce genre de choses réservées aux amis proches et aux membres de la famille - est vraiment important", dit-il. "Ils nous font nous sentir plus heureux, plus satisfaits et plus confiants envers les autres."

 

Le toucher est notre premier sens à se développer dans l'utérus, et des recherches ont montré que le contact physique avec les autres peut réduire l'effet du stress. Selon le professeur Dunbar, si les humains ont besoin d'un contact physique, c'est en raison de nos antécédents évolutifs en tant que primates.

 

"Tous les primates sont intensément sociaux et probablement le plus intensément social de tous les animaux de la planète", dit-il. "Ils construisent ce genre de relations et d'amitiés entre eux par le biais du contact social, sous la forme d'un toilettage social - ce qu'ils font en feuilletant la fourrure. Et c'est ce que nous faisons toujours".

 

Alors que la plus grande partie de notre fourrure a disparu, les humains font les mêmes mouvements sur exactement les mêmes neurones lorsqu'ils se caressent, se câlinent ou se tapotent les uns les autres, dit-il. Cela déclenche les endorphines, ces substances chimiques qui agissent dans le cerveau pour atténuer la douleur.

 

Témoignages d'absence de toucher dû à l'épidémie de Coronavirus

Robyn Munday fait partie des millions de personnes dans le monde qui vivent seules pendant cette période de verrouillage.
"Je suis une câline, j'embrasse tout le monde", dit Robyn, 57 ans, depuis sa maison de Victoria, en Australie. "J'ai beaucoup d'amis que j'embrasse, j'embrasse mes enfants [maintenant adultes]. C'est la chose qui me manque le plus dans tout ça".
Lorsqu'on lui demande combien de temps elle pense pouvoir tenir avant que l'absence de contact n'ait un impact sur elle, elle répond : "Je sais que c'est déjà le cas. Le simple fait d'y penser me rend émotive", dit-elle en retenant ses larmes. "Mais regardez, c'est ce que nous devons faire. Je sais cela.
"C'est horrible, ça me manque vraiment. Je ne pensais pas que ça me manquerait autant. C'est probablement plus évident pour moi parce que j'ai emménagé dans mon propre appartement pour la première fois en novembre. Jusqu'en novembre, j'avais toujours eu un enfant à la maison. C'est vraiment un mauvais timing. J'aime vivre seule. J'aime la solitude, mais j'ai toujours eu des contacts avec les gens".

Anita Byrne, 47 ans, de Norwich, se décrit comme une personne très tactile - ce qu'elle attribue à des années de travail dans l'industrie de la beauté. "Je ne pense pas que l'on se rende vraiment compte que l'on est [tactile] tant qu'on ne l'a pas perdu", dit-elle.
Elle a l'habitude de serrer ses amis dans ses bras, de câliner ses enfants adultes sur le canapé et même de serrer des étrangers dans ses bras pour célébrer des buts lorsqu'elle soutient son club de football local, Norwich City.
"Je n'avais pas réalisé à quel point ce type d'interaction avec les gens me manquait", dit Anita, qui travaille maintenant comme coordinatrice des patients pour le NHS. "Cela a été une véritable lutte. Parfois, au travail, lorsque nous avons eu une journée difficile, vous voulez mettre votre bras autour de quelqu'un et vous ne pouvez pas. L'autre soir, je voulais que quelqu'un soit là. Parfois, cette étreinte en dit plus que mille mots. C'est juste ce toucher, ça veut dire tellement plus parfois".

 

Les grands-parents - dont beaucoup font partie de la tranche d'âge à risque et restent entièrement à l'intérieur - ont également exprimé leur tristesse de ne pas pouvoir serrer leurs petits-enfants dans leurs bras.

 

Janine Stone dit que cela a été "dévastateur" de ne pas pouvoir tenir dans ses bras sa petite-fille Grace, née à Derby pendant le confinement.

"C'est agréable de voir un nouveau bébé dans la famille, mais c'est déchirant de ne pas pouvoir le toucher et le câliner et de se faire photographier pour la première fois avec un nouveau-né", dit-elle.

  

Un homme de Chester, qui a souhaité rester anonyme, dit qu'il vient d'une "famille très affectueuse" et que le fait de ne pas pouvoir serrer les membres de sa famille dans ses bras "me manque beaucoup".

"Quand la folie a commencé et que les courses se sont faites rares, j'ai partagé du papier toilette avec l'aide-soignante de la dame d'à côté", dit-il. "Cela l'a fait pleurer et je n'ai pas pu la câliner pour lui dire de ne pas s'inquiéter et que tout va bien et j'ai dû me contenter de lui faire un signe de la main de l'autre côté de la barrière. Le monde semble s'être refroidi".

 

Le toucher, un acte essentiel

Bien que certaines cultures soient plus sensibles que d'autres, le toucher est important pour nous tous, déclare le professeur Dunbar dans l'émission World at One sur BBC Radio 4.

 

"Nous avons fait une enquête à travers toute l'Europe, de la Russie et la Finlande au nord, en passant par la Grande-Bretagne, jusqu'aux Italiens au sud et aux Japonais, et tout le monde touche essentiellement les mêmes parties du corps", dit-il. Il y a quelques différences mineures... les Italiens sont bien sûr tous câlins et embrassés, et les Britanniques sont un peu "distants, je suis Britannique, ne me touche pas" - mais pas tout à fait.

 

"C'est remarquable de voir à quel point nous nous touchons sans en être vraiment conscients, je crois."

 

Mais nous pouvons en partie remplacer les avantages du contact physique à distance, déclare le professeur Dunbar.

 

"Rire et faire rire, voire chanter, sont de très bons moyens de déclencher le système d'endorphines", dit-il. "Mais en fin de compte, pour les relations proches et ce que j'appelle les amitiés d'épaule à épaule, celles qui, je pense, dépendent vraiment du contact physique d'œil à œil".

 

Comme l'a dit le soignant Daniel Cahill lorsqu'il a été filmé pour l'émission Panorama de la BBC One. Il a rendu visite à une femme de 91 ans socialement isolée : "Je pense que tout le monde va avoir un gros câlin quand ce sera fini."

Écrire commentaire

Commentaires: 0